What Is The Anaerobic Threshold: A Beginners Guide

Qu’est-ce que le seuil anaérobie ? Guide pour les débutants


Résumé

Le seuil anaérobie est la plus faible intensité d’exercice à laquelle la production de lactate dépasse la capacité de l’organisme à utiliser le lactate comme carburant dans le métabolisme aérobie. Dès que l’on dépasse cette intensité, le taux de lactate sanguin commence à augmenter.

Plus l’intensité de l’exercice dépasse le seuil anaérobie, plus l’augmentation du lactate sanguin est importante, car la production de lactate dépasse son taux d’élimination. L’exercice au-dessus du seuil anaérobie ne peut être maintenu que pendant quelques minutes avant que la fatigue ne s’installe et que vous ne ralentissiez.

En termes simples, il s’agit de la quantité maximale de travail que vous pouvez soutenir pendant une longue durée. Votre rythme au seuil anaérobie est le meilleur indicateur des performances d’endurance car il s’agit de la vitesse à laquelle le corps peut produire de l’énergie de manière durable.

C’est le seuil le plus entraîné dans le fitness et le sport, et il est souvent priorisé par rapport à son petit frère, le seuil aérobie.

Dans cet article, vous découvrirez le seuil anaérobie, comment maximiser votre seuil anaérobie et pourquoi il devrait être le dernier élément de la construction d’un moteur cardiovasculaire robuste.

Avant de lire cet article, si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous recommande vivement de lire “The Beginners Guide to Cardio : The Ultimate Guide” et “The Aerobic Threshold : Guide du débutant”. Il s’agit des premiers articles de cette série, et ils définissent le contexte et les priorités de cet article.

L’entraînement cardiovasculaire et, en particulier, l’entraînement du système anaérobie est l’un des concepts les plus mal compris dans le domaine du fitness. Il est généralement admis que tout ce qui fait travailler le cœur peut être considéré comme de l’entraînement cardio.

Cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité. Tout comme l’entraînement musculaire, vous devez obéir aux lois de la physiologie et travailler en conjonction avec le SNC (système nerveux central), et il existe un système et un processus pour développer au maximum le système cardiovasculaire.

Ce processus commence par le développement maximal de votre seuil aérobique.

Après avoir lu nos articles précédents, “Le guide du cardio pour les débutants” et “Le seuil aérobique”, vous savez que pour vraiment maximiser votre capacité cardiovasculaire, vous devez d’abord maximiser votre seuil aérobique.

Je vous rappelle notre modèle de développement cardiovasculaire :

“Si vous ne développez pas d’abord au maximum votre système énergétique aérobie et que vous avez des niveaux de force suffisants, vous ne pourrez jamais vraiment maximiser votre seuil anaérobie.”

L’article d’aujourd’hui est consacré au seuil anaérobie. Ce qu’il est, pourquoi vous devez l’entraîner, et surtout, comment vous pouvez maximiser votre seuil anaérobie pour améliorer votre endurance cardiovasculaire.

Plongeons dans le vif du sujet.

“Si vous ne développez pas d’abord au maximum votre système énergétique aérobie, vous ne maximiserez jamais vraiment votre seuil anaérobie.”Click To Tweet

Quel est votre seuil anaérobie ?

Le seuil anaérobie est la plus faible intensité d’exercice à laquelle la production de lactate dépasse la capacité de l’organisme à utiliser le lactate comme carburant dans le métabolisme aérobie. Une fois que vous dépassez cette intensité, les niveaux de lactate dans le sang commencent à augmenter.

Plus l’intensité de l’exercice dépasse le seuil anaérobie, plus l’augmentation du lactate sanguin est importante, car la production de lactate dépasse son taux d’élimination. L’exercice au-dessus du seuil anaérobie ne peut être soutenu que pendant quelques minutes à la fois avant que la fatigue ne s’installe, vous obligeant à ralentir.

En termes simples, il s’agit de la quantité maximale de travail que vous pouvez soutenir pendant une longue durée. Votre rythme au seuil anaérobie est le meilleur indicateur de la performance d’endurance, car il s’agit du rythme auquel le corps peut produire de l’énergie de façon durable.

Chaque athlète connaît ce point. Lorsque vous le franchissez, vous savez que vous ne pouvez tenir ce rythme que pendant un court laps de temps avant de devoir vous arrêter brutalement.

C’est votre seuil anaérobique.

Il est important de comprendre le rôle de l’acide lactique, qui est si souvent considéré comme la cause d’une faible capacité cardiovasculaire. L’acide lactique n’apparaît dans le corps que lorsque le corps ne peut plus travailler en aérobie, et l’acide lactique commence à s’accumuler par la glycolyse anaérobie.

Les deux règles d’or du développement du système cardiovasculaire sont les suivantes :

  1. Réduire la production de lactate en ayant un seuil aérobie plus élevé.
  2. Augmenter le taux d’élimination du lactate des muscles en activité en ayant un système anaérobie pleinement fonctionnel.

L’étape 1 consiste à maximiser votre seuil aérobique. L’étape 2 consiste à maximiser votre seuil anaérobique. Les deux doivent être entraînés très différemment, mais les deux sont essentiels pour optimiser le système cardiovasculaire.

L’image ci-dessous illustre où se situe le seuil anaérobie et comment la concentration de lactate dans le sang commence à augmenter de façon spectaculaire lorsque l’intensité de l’entraînement augmente. Elle illustre également les principales sources de carburant à chaque niveau.

Seuils aérobie et anaérobie

Comme vous pouvez le voir sur l’image, il existe essentiellement trois zones d’entraînement : en dessous du seuil aérobie, un mélange de zones aérobie et anaérobie, et la zone au-dessus du seuil anaérobie.

L’un des plus gros problèmes que nous rencontrons avec les athlètes de tous les jours, de tous les niveaux et de tous les âges, est qu’ils ne consacrent pas de temps à développer spécifiquement le seuil aérobique ou anaérobique.

Au lieu de cela, ils passent la grande majorité de leur temps à s’entraîner dans ce que nous appelons “le trou noir de la mort”, cette zone intermédiaire de rien du tout. La zone intermédiaire qui utilise à la fois le glucose et la graisse comme carburant.

Le secret des athlètes d’endurance d’élite du monde entier est de réduire considérablement l’écart entre le seuil aérobie et le seuil anaérobie.

La plupart des athlètes d’endurance d’élite ont moins de 10 % d’écart entre les deux. Cela signifie qu’ils peuvent réaliser des performances plus rapides, plus longues et plus fréquentes en travaillant en dessous de leur seuil aérobie, en utilisant leurs réserves de graisse comme principale source de carburant.

L’image ci-dessous illustre un exemple d’athlète d’endurance avancé avec une base aérobie élevée. Remarquez comment il peut s’entraîner plus dur et plus longtemps avant que le lactate sanguin ne commence à s’accumuler. Leur zone médiane de mort est beaucoup plus petite, et par conséquent, ils passent moins de temps à utiliser le glucose (sucres) pour l’énergie et plus de temps à utiliser les graisses.

D’un autre côté, l’image suivante montre quelqu’un qui souffre du SDA (Syndrome de Déficit Aérobie). Cette personne a un seuil aérobie très bas et sa zone médiane de mort est considérablement plus grande. Cela signifie qu’il se fatiguera beaucoup plus vite que l’athlète avancé ci-dessus.

Je dirais que la grande majorité de la population mondiale souffre du syndrome de déficience aérobie. Nous sommes câblés pour croire que nous devrions nous entraîner plus fort et plus longtemps, tout comme les vidéos d’entraînement des athlètes d’élite, et nous passons donc souvent à côté du travail acharné, du dévouement et de la patience nécessaires pour maximiser votre véritable potentiel athlétique.

Avec cette logique à l’esprit, je soutiens encore plus fermement que plus de 90 % de la population mondiale n’a pas le droit d’entraîner le seuil anaérobie. Comme vous le découvrirez bientôt, dans la hiérarchie de développement athlétique de journaldelaforme, il existe une logique et un processus permettant de vraiment maximiser votre potentiel cardiovasculaire.

Le développement du seuil anaérobie est le dernier composant.

[You can learn more about the Strength Matters Hierarchy of Athletic Development Here.]

Quelle est la différence entre le seuil anaérobie et le seuil de lactate ?

Le seuil anaérobie et le seuil de lactate peuvent être décrits comme étant identiques, mais différents. Ils représentent tous deux le rythme maximal soutenable pendant une durée prolongée. Nous choisissons d’utiliser le terme aseuil nærobique car il est en accord avec nos idées sur le développement du seuil aérobie, et il permet de conserver un langage cohérent entre les entraîneurs et les athlètes.

Pour tout le monde, sauf pour les scientifiques du sport, ces termes sont interchangeables. Mais la différence essentielle est que le seuil de lactate est déterminé en mesurant la quantité de lactate dans le sang de l’athlète lors d’un test en laboratoire, plutôt qu’en mesurant l’oxygène consommé pour le seuil anaérobie.

Dans tous les cas, lorsque le volume de lactate dans le sang atteint 4mmol/L (“millimoles par litre”), on considère que l’athlète est au seuil de lactate ou anaérobie.

Pourquoi votre seuil anaérobie est-il important ?

Du point de vue des performances cardiovasculaires et d’endurance, la capacité à utiliser le lactate dans les muscles et à l’utiliser comme carburant est l’une des adaptations d’entraînement les plus importantes que vous puissiez faire en tant qu’athlète. C’est pourquoi il est important d’avoir un système anaérobie fort et robuste pour maximiser votre potentiel cardiovasculaire.

Une fois que vous avez maximisé votre seuil aérobie, qui se concentre sur la réduction de la vitesse à laquelle le lactate est produit, vous pouvez alors vous concentrer sur l’amélioration de la capacité du corps à l’éliminer.

La meilleure façon de voir votre système cardiovasculaire est de le considérer comme un aspirateur, qui aspire tout le lactate. Plus le seuil aérobie est élevé, plus l’aspiration est grande. Plus la capacité de l’aspirateur est grande, plus le système anaérobie peut contribuer à la production globale d’énergie dans le corps.

En termes encore plus simples :

  • Plus le seuil aérobie est élevé, plus le vide est grand.
  • Plus le système anaérobie est robuste et entraîné, plus le vide devient puissant, aspirant ainsi le lactate à un rythme beaucoup plus rapide, ce qui vous permet de performer plus vite et plus longtemps.

C’est pourquoi vous ne pourrez jamais maximiser votre potentiel cardiovasculaire, peu importe l’intensité de l’exercice que vous faites, si vous ne développez pas d’abord votre seuil aérobique.

Votre vide n’est tout simplement pas assez grand pour contenir tout le lactate que le corps produit. C’est comme avoir un moteur V8 dans une voiture intelligente.

La clé du développement cardiovasculaire maximal est de combiner à la fois le développement du seuil aérobique et le développement du seuil anaérobique.

C’est ce qui fait de ce type d’entraînement une forme d’art. C’est plus qu’une simple science. Cela dépend de chaque athlète ou personne individuelle. L’augmentation du seuil aérobie nécessite un volume élevé d’exercices de faible intensité, alors que l’amélioration du seuil anaérobie nécessite des exercices de haute intensité.

Mais le point essentiel à retenir est le suivant : vous avez besoin de beaucoup moins d’entraînement au seuil anaérobie que vous ne le pensez. Nous suggérons que pour les athlètes de tous les jours âgés de plus de trente ans, 90% de votre volume d’entraînement annuel doit être basé sur un entraînement du seuil aérobie.

C’est exact, seulement 10% de votre plan d’entraînement annuel doit être anaérobie par nature pour maximiser votre potentiel cardiovasculaire.

Seulement 10% de votre plan d’entraînement annuel doit être de nature anaérobique pour maximiser votre potentiel cardiovasculaire.Click To Tweet

Comment tester votre seuil anaérobie ?

Comme pour le test du seuil aérobie, pour tester correctement votre seuil anaérobie, vous avez besoin de l’aide de scientifiques et d’un laboratoire.

Le test du seuil anaérobie implique des phases d’exercice de 3 minutes qui commencent par être faciles, mais qui montent progressivement vers un niveau d’intensité plus élevé, en devenant plus difficile au fur et à mesure. Il peut être effectué sur un vélo ou sur un tapis roulant, en fonction de vos préférences sportives.

La fréquence cardiaque et le taux de lactate sanguin (mesuré par une piqûre au doigt ou à l’oreille) sont mesurés à la fin de chaque étape de 3 minutes, le test durant environ 30 minutes.

Le test identifie l’intensité la plus élevée que vous pouvez maintenir pendant au moins 30 minutes et établit une corrélation avec votre fréquence cardiaque en fonction des niveaux de lactate sanguin.

Nous ne recommandons la méthode de laboratoire que pour les athlètes d’élite, où les 1% de différence feront toute la différence. Pour le reste des humains, si vous souhaitez enregistrer votre seuil anaérobie actuel, voici notre méthode à faire soi-même.

**Important. Nous ne prescrivons le test du seuil anaérobie qu’aux athlètes de tous les jours qui ont un système aérobie fort et robuste, qui peuvent bien bouger et qui ont des niveaux de force pré-requis. (Décrites ci-dessous.)

Le test de course en côte

Assurez-vous que vous vous êtes bien échauffé avant le test. Trouvez une colline modérée que vous pouvez gravir en courant pendant trente minutes sans obstacle.

Utilisez un moniteur de fréquence cardiaque pour commencer à enregistrer votre fréquence cardiaque dès que vous commencez le test. Courez à un rythme maximal, mais durable, pendant les 30 minutes. Essayez de maintenir le même rythme pendant toute la durée du test.

A la fin des 30 minutes, arrêtez votre moniteur de fréquence cardiaque.

Votre fréquence cardiaque moyenne environ (car ce n’est pas parfait) indiquent votre niveau de seuil anaérobique.

Avez-vous gagné le droit d’entraîner votre seuil anaérobie ?

Je l’ai déjà dit et je le répète :

“Si vous ne développez pas d’abord au maximum votre système énergétique aérobie et si vous n’avez pas des niveaux de force suffisants, vous ne pourrez jamais vraiment maximiser votre seuil anaérobie.”

Mais qu’est-ce qui constitue une force suffisante et un système d’énergie aérobie robuste ?

Pour obtenir la bonne dose-réponse de l’entraînement anaérobie, vous devez creuser profondément dans votre système nerveux central. Cela n’est possible qu’avec une force et une capacité aérobie préalables importantes.

Voici nos normes minimales de force qui doivent être respectées avant d’entraîner le seuil anaérobie :

Femmes

  • 1.25 x poids du corps soulevé de terre x 5 répétitions
  • Back squat poids du corps x 5 répétitions
  • 3 x pull-ups
  • 3 x dips
  • 75% du poids du corps – 90 secondes

Hommes

  • 1.5 x poids du corps soulevé de terre x 5 répétitions
  • Back squat poids du corps x 5 répétitions
  • 5 x pull-ups
  • 5 x dips
  • 75% du poids du corps – 90 secondes

En plus de ces normes de force, les athlètes de tous les jours doivent démontrer un seuil aérobique élevé. Pour le déterminer, voici notre test de référence.

Hommes/Femmes

  • Pouvez-vous courir 10 km en moins de 50 minutes avec une fréquence cardiaque inférieure à la norme MAF (180 – âge) à tout moment ?

Vous devez simplement gagner le droit de vous entraîner au seuil anaérobie. Si vous ne pouvez pas adhérer à ces normes de base, nous sommes convaincus que l’entraînement au seuil anaérobie n’est pas pour vous.

Vous comprenez maintenant pourquoi nous pensons que 90 % de la population mondiale ne devrait pas s’entraîner au seuil anaérobie ?

Le travail sur le seuil anaérobique est pour les athlètes avancés. Pas aux débutants. C’est pourquoi la capacité anaérobie est un composant de niveau trois sur notre hiérarchie du développement athlétique, pour une bonne raison.

Gagnez le droit de vraiment maximiser votre potentiel cardiovasculaire.

Comment s’entraîner pour maximiser votre seuil anaérobie ?

Avant de vous parler de l’entraînement du seuil anaérobie, je voudrais vous présenter l’arbre aérobique, notre modèle de développement de la capacité aérobique. Si vous êtes totalement novice en matière d’entraînement cardiovasculaire, ce modèle nécessite des années et des années de travail avant que vous puissiez vous approcher du seuil anaérobie.

Je veux souligner le fait qu’il y a beaucoup de travail à faire avant de gagner le droit de s’entraîner en anaérobie, à notre humble avis. Pourtant, beaucoup de gens sautent presque tout ce travail de base.

À la base de l’arbre, vous avez votre base aérobie. C’est aussi simple que de marcher 10 000 pas par jour. En grimpant dans l’arbre, vous ajoutez des couches à votre développement. La suivante est la capacité aérobie – la capacité à faire un exercice continu pendant au moins 60 minutes.

Une fois que nous avons la base et que nous pouvons réaliser 60 minutes de travail continu, nous voulons devenir aussi efficaces que possible pour réaliser ces morceaux de 60 minutes. Cela peut même être plus long.

Ensuite, et seulement une fois que nous sommes devenus extrêmement compétents dans ces morceaux de 60 minutes, nous pouvons grimper au sommet de l’arbre et effectuer un travail MAE (Endurance aérobie maximale), la capacité de s’étendre sur des heures et des heures de travail, et MAP (Puissance aérobie maximale).

La PMA est le travail sexy et amusant de la capacité aérobie. Ce sont des intervalles de seuil aérobie et de puissance qui deviennent de plus en plus rapides par nature. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez commencer tout de suite. Vous devez d’abord travailler la base, la capacité aérobique de base et l’endurance aérobique afin de pouvoir récupérer rapidement pour effectuer chaque série de travail.

Aérobie ne signifie pas lent de nature, ce que la plupart des gens pensent. Les marathoniens d’élite courent des kilomètres en moins de 5 minutes pendant 26,1 miles d’affilée. Il n’y a pas beaucoup de gens qui peuvent courir un kilomètre à ce rythme, et encore moins 26,1 kilomètres.

Les marathoniens ne courent peut-être pas aussi vite que les sprinters du 100 m, mais ils courent quand même vite comparativement. C’est une chose à laquelle il faut penser avant de rejeter le travail aérobie.

Comment augmenter mon seuil anaérobie ?

Vous avez maintenant gagné le droit d’entraîner votre seuil anaérobie. Vous avez les niveaux de force pré-requis, et vous avez progressé jusqu’au bout de l’arbre aérobique.

Voici les concepts clés à retenir au fur et à mesure de notre progression :

  • Capacité aérobie : Vous vous entraînez de l’endurance à la puissance
  • Capacité anaérobie : Vous vous entrainez de Puissance à Endurance

Les principes de base de l’entraînement au seuil anaérobie sont les suivants :

  1. Entraînement par intervalles jusqu’à épuisement
  2. Repos complet
  3. Répétez

Il y a un avertissement : tous les intervalles doivent être identiques par nature. Cela signifie que ce que vous faites est répétable et durable par nature jusqu’à ce qu’il ne le soit plus.

C’est lorsque ces intervalles ne sont plus durables que vous vous arrêtez pour la journée ou que, lors de la séance suivante, vous faites progresser votre charge de travail.

Cela diffère des intervalles de puissance aérobie car ils ne sont pas conçus pour entraîner l’endurance. Le système anaérobie doit être entièrement restauré pour chaque intervalle afin que vous puissiez vous entraîner à la même intensité maximale.

Les périodes de travail ont tendance à être courtes, parfois aussi peu que 8 secondes, séparées par de longues périodes de récupération. Si la période de repos est trop courte, l’entraînement passera à un entraînement d’endurance. Le système énergétique que vous entraînez doit se rétablir complètement pour susciter la réponse correcte de la dose.

En règle générale, nos protocoles de repos se situent autour de 10:1 (repos dix fois supérieur à la quantité de travail fournie).

Comment améliorer l’endurance anaérobie

Anaérobie et endurance. Ces deux mots ne devraient tout simplement pas aller ensemble. Il s’agit d’une erreur totale d’appellation. Comment le travail anaérobie, qui n’est pas durable par nature, peut-il être considéré comme de l’endurance ?

Eh bien, c’est le cas. Il n’y a pas de manière facile de le dire, mais ce type d’entraînement est dur. Très dur. Ça fait mal. C’est la “#ShittyShitShitShit de l’entraînement”, comme le dit mon ami James Fitzgerald.

Pour améliorer votre seuil anaérobie, il faut s’entraîner au maximum à l’intensité maximale, puis prolonger la durée de l’entraînement sur une plus longue période.

Par exemple, passer de sprints de 10 secondes pour dix séries (de nature identique), à des sprints de 14 secondes pour dix séries (de nature identique).

Contrairement au travail au seuil aérobie, l’entraînement anaérobie nous demande de produire autant de lactate que possible et de maintenir ce niveau élevé aussi longtemps que possible avant de donner un repos suffisant pour permettre au corps d’éliminer le lactate.

C’est ainsi que nous entraînons le corps à devenir meilleur pour éliminer le lactate du corps. C’est un travail épuisant, et c’est pourquoi vous avez besoin d’années et d’années d’entraînement avant même de tenter ce type de travail.

Plus important encore, si vous avez gagné le droit de vous entraîner de la sorte, le travail au seuil anaérobie ne devrait représenter que 10 à 15% de votre volume d’entraînement annuel.

Vous avez besoin de beaucoup, beaucoup moins de ce travail, et beaucoup, beaucoup plus de travail au seuil aérobie que vous ne le pensez.

Entraînement au seuil anaérobie pour les débutants

Échauffez-vous de manière appropriée. Idéalement, faites un jogging d’un kilomètre à une intensité très faible et effectuez le travail de mobilité nécessaire.

  • Trouvez une colline, plus elle est raide, mieux c’est.
  • Réglez une minuterie avec un compte à rebours de dix secondes, avec une
  • Effectuez 1 x sprint en côte, à intensité maximale pendant 10 secondes.
  • Notez le point d’arrivée.
  • Repos 2
  • Répétez jusqu’à ce que vous ne puissiez plus atteindre la même distance en 10 secondes.
  • Continuez jusqu’à ce que vous puissiez effectuer un maximum de dix séries.
  • Lors de la prochaine séance, si les dix séries sont atteintes, augmentez de 2 secondes. Répétez le processus.

**Important . Si vous ne pouvez pas atteindre la même distance pendant l’une des séries (par exemple, la série 5 ou 6), vous avez terminé pour la journée. Ne progressez pas et ne poussez pas plus loin. Ce ne sera plus un travail de seuil anaérobie mais un travail d’endurance. Chaque série doit être exactement la même pour que vous puissiez continuer.

Réflexions finales

L’entraînement du seuil anaérobie est l’un des aspects les plus mal compris de l’entraînement du système cardiovasculaire. Il est à la mode de s’entraîner, comme l’a popularisé le monde du HIIT (High-Intensity Interval Training). Cependant, comme vous venez de l’apprendre, il faut des années et des années de travail et de dévouement pour gagner le droit d’entraîner le système anaérobie si vous cherchez vraiment à maximiser votre véritable potentiel athlétique.

Une base aérobie solide et des niveaux de force préalables sont primordiaux avant même de tenter ce type d’entraînement.

La plupart de la population mondiale souffre sans doute du syndrome de déficience aérobie en raison de mauvais choix d’entraînement cardiovasculaire ou d’un manque total de sensibilisation et de capacité d’entraînement. La plupart des athlètes de tous les jours doivent passer du temps à développer ces systèmes, mais pas le système anaérobie.

Rappelez-vous, si vous ne développez pas d’abord au maximum votre système énergétique aérobie et si vous n’avez pas des niveaux de force suffisants, vous ne pourrez jamais vraiment maximiser votre seuil anaérobie.

La clé de l’entraînement du seuil anaérobie est un volume moindre, une intensité plus élevée et une progression de la puissance vers l’endurance. Il n’y a pas de raccourcis, et il n’y a pas de solution de facilité.

Quoi qu’il en soit, vous devez décider si ce type d’entraînement vous convient, pour le bien de votre santé et de vos performances sportives.

A un système cardiovasculaire plus robuste et à un meilleur seuil anaérobie.

Lectures suggérées : –

Qu’est-ce que le seuil aérobie ?

Le système énergétique aérobie

Le système énergétique anaérobie alactique

Le système énergétique anaérobie lactique

Résumé

Qu'est-ce que le seuil anaérobie : Un guide pour les débutants

Nom de l’article

Qu’est-ce que le seuil anaérobie ? Un guide pour les débutants

Description

Le seuil anaérobie est la plus faible intensité d’exercice à laquelle la production de lactate dépasse la capacité de l’organisme à utiliser le lactate comme carburant dans le métabolisme aérobie. Dès que l’on dépasse cette intensité, le taux de lactate dans le sang commence à augmenter.&#13 ;
&#13 ;
Plus l’intensité de l’exercice dépasse le seuil anaérobie, plus l’augmentation du lactate sanguin est importante, car la production de lactate dépasse son taux d’élimination. L’exercice au-dessus du seuil anaérobie ne peut être maintenu que pendant quelques minutes avant que la fatigue ne s’installe et que vous ne ralentissiez ;
&#13 ;
En termes simples, il s’agit de la quantité maximale de travail que vous pouvez soutenir pendant une longue durée. Votre rythme au seuil anaérobie est le meilleur indicateur des performances d’endurance, car il s’agit de la vitesse à laquelle le corps peut produire de l’énergie de manière durable.&#13 ;
&#13 ;
Il s’agit du seuil le plus entraîné dans le domaine du fitness et du sport, et il est souvent privilégié par rapport à son petit frère, le seuil aérobie.&#13 ;
&#13 ;
Dans cet article, vous découvrirez le seuil anaérobie, comment maximiser votre seuil anaérobie et pourquoi il devrait être le dernier élément de la construction d’un moteur cardiovasculaire robuste.

Auteur

James Breese

Nom de l’éditeur

La force compte

Logo de l’éditeur